La culture du viol

La culture du viol c’est quoi ? C’est dire « Tu n’avais qu’à pas te balader dehors en pleine nuit », « Tu n’avais qu’à pas rester seule dans un appartement avec 3 hommes », « Tu n’avais qu’à pas t’habiller comme ça ». La culture du viol c’est apprendre aux gens à ne pas se faire violer plutôt qu’à ne pas violer, c’est mettre une partie de la responsabilité sur le dos de la victime alors qu’elle n’est en aucun cas responsable de ce qui lui est arrivé. La culture du viol c’est banaliser, voir même excuser ou bien approuver des agissements absolument horribles qui peuvent détruire une vie.

rape-culture

« La culture du viol est un concept établissant des liens entre le viol et la culture de la société où ces faits ont lieu, et dans laquelle prévalent des attitudes et des pratiques tendant à tolérer, excuser, voire approuver le viol. »

Je tombe régulièrement sur des articles parlant de viol lorsque je parcours mon fil d’actualité sur Facebook ou encore sur Twitter et il m’arrive parfois de lire les commentaires (alors que je sais pertinemment qu’il ne faut pas, sous peine de perdre à nouveau foi en l’humanité) et ce que je peux lire, c’est généralement des remarques du genre « C’est normal que l’on demande la tenue de la victime, l’habillement est important dans ces cas là, on ne doit pas s’habiller comme une pute », « Elle n’avait qu’à être plus prudente » « Les hommes ont des besoins, il ne faut pas les provoquer, ou du moins pas s’étonner après » et j’en passe. Comment peut-on penser de cette manière ? Comment peut-on penser ne serais-ce qu’une seule seconde que la victime y est pour quelque chose dans tout ça ? Parfois je me demande si les gens ne se rendent simplement pas compte qu’en agissant de la sorte ils culpabilisent certaines femmes, par exemple de ne pas avoir fait attention à sa façon de s’habiller ou bien d’avoir fait confiance à un ami, ou bien si au contraire ils n’en on absolument rien à faire de tout ça. Sachez que peu importe les circonstances, la faute va entièrement au violeur et non l’inverse. Que la personne soit en jean, en jupe, nue, alcoolisée ou non, vous n’avez aucun droit sur elle.

D’innombrables personnes n’osent pas parler de ce qu’il leur est arrivé à cause des mentalités de ce genre, d’innombrables personnes gardent ça pour elles et j’ai moi-même gardé ma souffrance enfouie au plus profond de moi pendant 2 ans. C’est bien trop dur à supporter pour avoir en plus à porter ce poids tout seul, c’est trop lourd pour une seule personne, dans ces moments là on a besoin d’avoir quelqu’un sur qui on peut compter, quelqu’un à qui parler, quelqu’un qui nous tendra la main pour remonter la pente, seulement on ne parle pas parce que l’on a honte de tout ça, on a honte, à cause de ces gens qui demanderont d’abord dans quelles circonstances c’est arrivé pour savoir si l’on est à blâmer ou non.

J’aimerai également ajouter que non, un viol n’est pas dans tous les cas commit par un(e) inconnu(e) dans une ruelle sombre sur une victime qui se débat de toutes ses forces, il peut être également commit par un proche voir même votre copain/copine/mari/femme… Trop de gens pensent que lorsque l’on est en couple notre devoir est de satisfaire sexuellement notre conjoint lorsque l’envie lui vient mais non, si vous pensez comme cela alors tachez de changer ça au plus vite.

Une relation sexuelle non consentie n’a pas d’autre nom que « viol ».

Il y a tant d’autres choses à dire là dessus malheureusement, tant d’autres remarques sur lesquelles je voudrait réagir mais cet article serait bien trop long et encore plus décousu qu’il ne l’est déjà alors je vais m’arrêter là.

À tout ceux ou celles qui sont actuellement seul(e)s avec un fardeau bien trop lourd à porter mais sans personne pour vous aider, je suis là, je ne peux pas faire grand chose pour vous mais je vous tends la main, vous pouvez venir me parler de tout et n’importe quoi, de ce qui vous passe par la tête et de vider votre sac si vous en éprouvez le besoin. Je suis là.

Lula

24 commentaires sur “La culture du viol

  1. D’abord, bravo pour cet article…. Plein d’émotion. Bravo pour en avoir parler. Malheureusement ce genre de personne qui font ces remarques, sont des gens qui n’en valent pas la peine. Je suis d’accord avec toi…comment on peut penser de cette manière? Personne n’a ce droit. Le droit de viol. Chacun est libre de s’habiller comme il veut, d’être avec telle personne. C’est l’autre qui est en tort pas la victime ! j’imagine que ça a été difficile d’en parler, mais ça valait le coup pour celles et ceux qui vivent avec ça .

    Aimé par 2 people

  2. Les hommes prétendent toujours d’être supérieurs mentalement et intellectuellement aux humains. Mais le fait de violer démontre que c’est bien loin de la vérité. Même les cygnes restent fidèles l’un à l’autre jusqu’à la fin de leur vie.
    Alors pour quoi nous, les êtres humains, sommes incapable de ne pas causer de mal à l’autrui qui n’a rien demandé? Pour prouver notre force? Notre supériorité? Eh bien, par de tels agissements, nous ne sommes rien d’autre que des simples déchets, qui n’arrivent pas garder leurs instincts primaires dans leur pantalons.

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai tenté, vainement, d’expliquer à un collègue super macho que c’est pas possible de penser comme ça. Vainement.
    C’est là que je me dis qu’il y a vraiment un souci au niveau sociétal quand on accuse la victime d’un acte qui n’a rien à voir avec son comportement.
    Ca paraît tellement banal en plus que la plupart des gens te regardent avec des yeux ronds quand tu parles de culture du viol.
    Atterrée, y’a rien d’autre à dire…

    Aimé par 1 personne

  4. Ton texte est particulièrement venu me chercher ! J’ai vécu un viol quand j’avais 18 ans, et j’ai vécu l’horrible réalité que des gens pouvais croire que c’était de ma faute. Les gens qui on dit ça, ce n’était pas n’importe qui, c’était les policiers que je suis allé voir suite à l’événement… J’étais en pleurs, j’avais bu de l’alcool, j’avais peur, j’étais traumatisée, je ne savais pas comment réagir à pareille situation, personne n’est préparé à vivre un tel cauchemar… J’étais avec mon meilleur ami de l’époque, qui m’a accompagnée parce que seul je n’aurais jamais été capable d’y aller… pour me remonter le moral, il me racontait des blagues qui me faisait rire, j’en avais besoin… besoin de penser à autre chose… c’est la que le cauchemar à « recommencer »… quand ils ont commencé à dire ces choses si méchante et gratuite : « Tu test fait violer, pourquoi tu ris ? » « Tu ne trouvais pas que tu agissais comme dans un porno », mais le pire de toutes, voir le comble de l’insulte : « Tu t’attendais à quoi en sortant dans un bar, que tout allait bien ce passer ? » J’étais insulté, j’étais blessée… J’ai perdu foi en la vie et en tellement d’autres choses suite à ça… j’ai perdu confiance en la gent masculine, au policier et au système de justice… eux qui était censé me protéger, mais qui au contraire on fait de moi, non pas une victime, mais une menteuse… Je suis allé une deuxième fois rencontrer d’autres policiers… j’ai bêtement cru que ça se passerait mieux, mais dès que je suis arrivé on m’a dit : « es-tu certaine qu’on ta violer ? Cet homme n’a jamais fait ça avant ! » s’est l’équivalent de dire à une personne morte « êtes-vous certaines qu’on vous à tuer, cet homme n’a jamais tué personne avant ». Suite à tout ça, j’ai perdu le cap de ma vie, je n’avais plus rien, j’étais tombé tellement bas, à force d’entendre les gens dire que c’était de ma faute, j’y ai cru… Je me disais que j’étais une pute et une salope, que j’avais bien mérité ce qui m’était arrivé. J’ai abonné l’école ou j’étais inscrite à ce moment-là, j’ai commencer à consommer de la drogue, de l’herbe au début, mais sa c’est vite transporté vers la drogue chimique (speed, extacy, mdma) et l’alcool… j’étais perdu, je me sentais seul. Mes amis partaient les uns après les autres… ma meilleure amie de l’époque, elle que je considérais comme une sœur à l’époque ma dit droit dans les yeux « c’est de ta faute si tu tes faits violer et tu l’as bien mérité », tant de méchanceté dans ses propos qui, je n’en ai aucun doute, savait que ça allait me blesser..
    Aujourd’hui, je vais bien. J’ai repris le contrôle de ma vie. J’ai encore aujourd’hui des séquelles de ce qui s’est passé… pas juste le viol, mais de tout ce qui en découle… Je souffre d’anxiété et d’angoisse… j’ai du mal à avoir confiance en moi et envers les autres personnes. Mais je travaille très fort pour que toute cette histoire soit derrière moi !

    Aimé par 3 people

    1. C’est tellement impensable d’imaginer qu’en plus du traumatisme du viol que tu as subi tu aies du subir la gratuité du scepticisme des autres … Ma pauvre, franchement bravo à toi d’avoir réussi à remonter la pente!! :-*

      Aimé par 1 personne

  5. Un article très touchant et tellement vrai, malheureusement… J’ai la « chance » de ne pas avoir été victime d’un viol (bien que j’aie eu de sales expériences, mais bref), cependant, je ne peux qu’être impliquée dans cette cause. Non pas parce que je suis une fille (même si ça joue), mais parce que je ne supporte plus cette société d’arriérés mentaux dans laquelle je vis. Les remarques absurdes concernant la tenue, les réflexions qui fusent pour un oui ou pour un non… Stop ! C’est sûr, ça m’indigne, mais j’évite de me promener en robe à deux heures du matin, seule. J’évite les décolletés trop plongeants et les tenues un peu plus légères. Je sais que je ne devrais pas, puisque j’affirme moi-même que ce n’est pas parce qu’on porte telle ou telle chose qu’on se fera agresser, mais quand même… C’est tellement ancré dans la tête des gens que je ne peux pas m’empêcher d’être mal à l’aise quand je suis seule, qu’il fasse jour ou non. Les regards un peu trop appuyés, les remarques débiles… J’y réponds, je remballe, mais parfois, je ne te cache pas que j’ai peur pour moi.

    Mais bref, merci en tout cas de nous avoir partagé tout ça, j’aimerais tant que, une bonne fois pour toutes, les gens comprennent qu’il faut arrêter de banaliser le viol, et les agressions en général, parce qu’on porte une jupe, des talons ou un rouge à lèvre rouge.

    Bonne soirée (◡‿◡✿)

    J'aime

    1. J’évite moi aussi les jupes, les robes, les décolletés, du moins quand je ne suis pas avec mon copain. C’est dommage d’en arriver là, de ne pas pouvoir être soi-même, s’habiller comme on le souhaite…
      J’aimerai également que les gens comprennent que c’est grave ce genre de choses, à force de banaliser tout ça voilà où on en arrive. Je continu d’espérer qu’un jour cela change.
      Bisous ♡

      J'aime

  6. Coucou ma puce!

    Ton article est tellement de bon sens et pourtant… Je n’arrive vraiment pas à comprendre la logique de ces personnes… plus bas que terre… Et quand ça vient des flics, ça devient à gerber… Quand j’entends ça près de moi, j’ai tendance à sortir les griffes. Pourtant c’est tout con! La loi est la loi, la base de notre société. Un rapport intime non consenti est un viol, illégal et puni par la loi. POINT BARRE. Y’a pas écrit dans les textes que si la fille a bu/porte une jupe/a un décolleté/les yeux bleu/ que l’agresseur n’a rien vu d’autre que sa main de 3mois -rayé les mentions inutiles, alors ça devient légal et la faute reviens à la personne violée. Ca va être quoi la prochaine fois dans leur tête? Il me semble pas que lors d’un accident de voiture, on sorte « Ah bah oui, il a pas marqué le stop, mais c’est la faute à l’autre voiture aussi, elle était JAUNE, non mais on n’a pas idée d’avoir une voiture JAUNE, faut pas s’étonner que les voitures lui grille le passage! »… pourtant c’est le même principe…
    Faut que les gens se mettent dans la tête que porte fermé ou non, le cambrioleur est en tord. Femme à poil dans la rue ou non, ce n’est pas une invitation!
    Bref, je vais arrêter mon commentaire ici, sinon je vais m’énerver toute seule!
    Bisous ma belle! ❤

    Aimé par 1 personne

  7. C’est un article important et bien écrit. Bravo ! Le sujet n’est pas assez present, et tendre une main comme ça c’est beau. Garde ta foi en l’Humanite, malgré ces commentaires que tu as pu lire. Il ne faut jamais la perdre !
    Encore bravo.
    Des bisous 😘

    Aimé par 1 personne

  8. Bravo pour ton article et ton témoignage, c’est courageux. C’est vraiment consternant en effet de constater que des gens réagissent comme ça. Le viol, de tous temps, a trop souvent été considéré comme un fait banal, nous vivons dans une société machiste et patriarcale, même si des évolutions sont faites ici en Occident. Et encore, je crains un retour en arrière.

    Aimé par 2 people

  9. Ton article m’a interpellé parmi ceux de la sélection d’Hellocoton aujourd’hui parce qu’il s’est passé quelque chose juste avant que je ne le vois, quelque chose qui m’a laissé sans voix (ce qui m’arrive rarement). J’étais en train de manger avec ma soeur et ma mère. A la télé, une madame disait à sa collégienne de fille qu’elle ne voulait pas qu’elle se maquille pour aller au collège alors, sur le ton de l’humour (bien évidemment) j’ai dit « parce que bon ben si tu te maquilles on va t’prendre pour une pute, et tu vas t’faire violer, et ça s’ra d’ta faute » et là ma soeur a dit très sérieusement « ben je me maquille depuis le collège hein ! … il m’est rien arrivé encore, heureusement ». *yeux qui papillonnent* hein ? quoi ? Euh… sérieusement ? Nan parce que, euh… wouaouh ! OK. Donc ce qu’elle a compris de ma phrase ce n’est pas « une fille maquillée mérite de se faire violer/est coupable » mais « se maquiller au collège c’est pas bien » ? C’est ça qu’elle a retenu, qui l’a choqué ? Après ça on comprend vachement mieux les résultats de la dernière grosse enquête sur le viol, celle du mois dernier ! Ma soeur (17 ans) ne s’est même pas rendue compte qu’elle venait d’excuser le viol !

    Aimé par 2 people

  10. bravo pour cet article. Moi même, lorsque je fais du shopping, je m’auto censure. « Cette robe est trop courte, le décolleté trop plongeant, Quoi ? Un dos complètement nu? jamais de la vie! J’ai pas envie de me faire agresser! » C’est fatigant à la longue et c’est très triste. Malheureusement, j’ai l’impression que pour notre génération c’est foutu… On ne changera plus.
    Des bisous

    Aimé par 1 personne

  11. Ça fait du bien de lire des articles comme ça de nos jours.
    La culture du viol est un fléau du XXIème siècle, qui en plus de faire passer les victimes pour des coupables, se fait entretenir par la culture pop et la publicité, n’est-ce pas fantastique?

    Aimé par 1 personne

  12. Belle article qui me met dans les émotions car j’ ai été victime d’attouchements a l’age de 12 ans et une tante, la soeur de ma mère n’a trouvé que des mots comme « elle la surement cherché un homme comme lui n’aurai pas fait ça sans raison ». A celle qui voudrai s’exprimer je vous propose mon blog, Coeur Libre, coeurlibreblog.wordpress.com. Aidons nous mutuellement a nous soutenir de ces banalisation sans raisons

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s